Cycle de Projections

L’association Fetart et ARTE s’associent pour vous proposer deux soirées de projections qui mettent à l’honneur les photographes contemporains. A travers des documentaires originaux, vous pourrez venir découvrir l’univers créatif de photographes au parcours hors du commun ! 

 

Samedi 28 Avril 2018 à 18h – Projection – Robert Frank – L’Amérique dans le viseur – Don’t blink 

Documentaire de Laura Israel (États-Unis, 2015,52mn) – Production : Assemblage Films, Vega Film AG, Charlotte Street Films GmbH, en association avec ARTE France – (R. du 10/7/2017)

 

Figure marquante de la photographie de la seconde moitié du XXe siècle, Robert Frank se livre avec générosité et humour. Un portrait passionnant. Encouragé par son aîné Walker Evans, l’Américano-Suisse Robert Frank laissera sa trace dans l’histoire de la photographie.

Pour lui, tout commence avec Les Américains, son premier livre. Publié à la fin des années 1950, l’ouvrage réunit 83 clichés, savamment choisis parmi les plus de 20 000 qu’il a collectés au fil des trente étapes d’un long périple à travers les États-Unis. “Les visages sont plus intéressants que les paysages, alors je me suis concentré pour me rapprocher des gens”, précise le photographe, lorsqu’il raconte la genèse de son deuxième road trip, effectué après plusieurs mois passés au Pérou. Saisis dans la banalité du quotidien, ses portraits d’hommes et de femmes, travailleurs modestes des villes et des campagnes, ont donné chair aux grands oubliés du rêve américain de l’après-guerre. “À l’époque, rappelle-t-il, la plupart des critiques ont été assez méchants. Ils ont dit : ‘Ce type doit haïr l’Amérique pour photographier des gens comme ça.’ […] J’étais un chasseur. Un chasseur d’images ; ce voyage m’a appris à l’aimer” (l’Amérique, NDLR).

Né à Zurich en 1924, Robert Frank s’est passionné très jeune pour la photo, que son père pratique en amateur. Émigré aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, il pige un temps pour Harper’s Bazaar avant de prendre son indépendance. Compagnon de route du mouvement beatnik, ami d’Allen Ginsberg et de Jack Kerouac, Robert Frank a fait de l’image le matériau premier de sa créativité. Comme photographe, mais aussi comme cinéaste,puisqu’il a réalisé entre 1959 et 2009 plus d’une vingtaine de films, courts métrages et documentaires expérimentaux. Mêlant de nombreuses archives d’interviews et d’extraits de films, le beau documentaire que lui consacre Laura Israel balaie soixante-dix ans d’une carrière bien remplie. Il s’appuie surtout sur de riches rencontres avec l’artiste. Interrogé chez lui, à New York et dans son repaire canadien de Mabou, en Nouvelle-Écosse, le facétieux nonagénaire puise dans ses albums et ses caisses d’archives pour commenter, avec humour et gourmandise, une oeuvre riche et inclassable.

Photo : Lisa Rinzler

Dimanche 29 Avril 2018 à 18h – Projection suivie d’une rencontre avec l’équipe du film – Focus Iran, l’audace au premier plan  

Documentaire de Nathalie Masduraud et Valérie Urréa (France, 2017, 52mn) – Coproduction : ARTE France, Terra Luna Films, Harbor Films

 

Au plus près de cinq jeunes artistes, dont quatre femmes, rencontre avec une photographie iranienne créative et hardie, qui offre au monde l’image d’un pays aussi complexe qu’inattendu.

À travers le regard de cinq jeunes photographes, dont trois sont nés après la révolution islamique de 1979, ce film parle de l’Iran d’aujourd’hui, de sa jeunesse, de sa vitalité. Dans un pays où la culture et l’art demeurent sous le contrôle de l’État, ces artistes ont choisi malgré les contraintes et les difficultés de rester dans leur pays, par fierté et par passion. La photographie est pour eux un outil d’expression, mais aussi un moyen de se réapproprier leur identité, loin des clichés occidentaux.
Des cinq photographes suivis dans ce film, quatre sont des femmes, toutes reconnues internationalement : Solmaz Daryani, Shadi Ghadirian, Tahmineh Monzavi et Newsha Tavakolian. Elles utilisent l’image pour évoquer notamment leur statut de femme et leur place dans la société iranienne. En contrepoint, Abbas Kowsari, lui, interroge celle du masculin. Dans leur travail photographique, tous contournent la censure avec habileté et humour.
« Ligne rouge »
Qui sont ces artistes qui nous entraînent sur des territoires méconnus, loin des stéréotypes ? De quelles stratégies usent-ils pour poursuivre leur travail, comment font-ils pour contourner la « ligne rouge » des interdits ? De la prise de vue au vernissage de l’exposition, ce film les suit dans leur quotidien mouvementé, et nous conduit de Téhéran à Kashan jusqu’au lac d’Ourmia, pour offrir une vision neuve de leur pays. Un parcours vibrant et inspirant.

Photo : Tahmineh Monzavi

 

 

 

Infos pratiques

Date : Samedi 28 et Dimanche 29 Avril 2018

Horaire : à partir de 18h 

Lieu : Salle 200 – Centquatre Paris

Tarif / Modalités réservation : Accès libre dans la limite des places disponibles

Organisateur : Fetart en partenariat avec ARTE

 

Date de début : 28/04/2018

Date de fin : 29/04/2018