TOPAKIAN Rebecca

Infra-

France

2017 - Sélection du jury

Dans la série Infra–, Rebecca Topakian utilise un appareil qu’elle a transformé pour être sensible à l’infrarouge, et un éclairage du même type, invisible à l’œil humain, afin de photographier des danseurs à la façon d’un espion. Inspirée par les photographies de nuit des chasseurs, elle cherche à saisir les moments d’abandon, où les individus sont concentrés dans un état de simple plaisir d’être. Leur silhouette fantomatique semble alors sortir du vide, et s’y efface aussitôt.

For her series Infra–, Rebecca Topakian modified her camera so it would be more sensitive to infra-red light, and to a similar kind of lightning that is invisible to the human eye. As if she was a spy shooting dancers with her camera. She was inspired by photographs taken by hunters during the night. She is hunting for stolen moments when the individuals are simply enjoying the fact of being alive. Their ghostly shapes look like they are coming from the void, only to disappear again.

à propos de l'artiste

Après des études de philosophie et de géographie à la Sorbonne, Rebecca Topakian intègre l’ENSP Arles, d’où elle sort diplômée en 2015. Son travail a fait l’objet d’expositions collectives notamment lors des Rencontres d’Arles, chez agnès b. ou aux Filles du Calvaire à Paris. En 2016, elle présente une exposition personnelle au Centre Culturel Français de Fribourg en Allemagne.

After she tudied philosophy and geography at La Sorbonne, Rebecca Topakian entered the ENSP Arles, where she obtained her degree in 2015. Her work was shown in group exhibitions, including during Les Rencontres d’Arles at Agnès B. and at Filles du Calvaire in Paris. In 2016, she exhibited alone at the Centre Culturel Français in Friburg, Germany.