AYESTA Carlos / BRESSION Guillaume

Clair obscur à Fukushima

Belgique

2013 -

Un no man’s land de 1000 kilomètres carrés aux alentours de la centrale de Fukushima. Cette zone
morte est certainement la trace la plus brutale et la plus visible de l’accident nucléaire. Plus de 110 000
personnes ont dû plier bagages, laissant derrière elles des villes fantômes. Pas ou peu d’éclairage public,
des rues vides, des magasins abandonnés. Depuis deux ans, le temps est suspendu.

à propos de l'artiste

Carlos Ayesta, né à Caracas en 1985, travaille en tant que photographe indépendant ; il s’est spécialisé
en photographie d’architecture, et de hauteur (sur corde ou sur nacelle), avec entre autres un reportage
sur corde commandé par l’EPADESA autour du quartier de la Défense à Paris.
Il a été exposé en 2012 au forum des Halles et à la Mairie de Paris, dans le cadre de la carte blanche
SFR jeunes talents & de l’exposition « Doisneau-Paris Les Halles ».

Guillaume Bression est installé au Japon depuis plus d’un an, il a couvert la crise du tsunami et l’accident
nucléaire de Fukushima pour différents journaux, magazines et chaines de télévision. Ses nombreux
séjours dans différents points du globe lui ont permis de réaliser des documentaires et des séries
photographiques plus personnelles. Le terrain a toujours nourri sa créativité artistique.

Carlos Ayesta est soutenu par


Eclairage Profoto