QUEAU Marie

This is for fight / This is for fun

L’enjeu de ce travail se loge dans le va-et-vient entre hier et aujourd’hui, entre la guerre et le jeu. Aucune légende, ni aucun texte ne viennent préciser un lieu, un nom ou une date pour que le travail puisse réussir cet aller-retour dans l’histoire. A la fois, c’est dans les différentes esthétiques et constructions de l’image que la brouille se fait, il s’agit ici d’adopter une variété de styles pour en révéler les enjeux iconographiques : reportage de guerre, documentaire, fiction, constat…

On remarque dans certaines photographies une superposition de formes et de sens, images réfléchissant d’autres images de la culture visuelle historique. « C’est pour le combat, c’est pour l’amusement », traduction de cet hymne entonné dans Full Metal Jacket de Stanley Kubrick , rassemble pour moi toutes les dimensions de cette série.

La référence de par les costumes et insignes à de vieilles batailles désamorce la dureté de certaines images, qui seules auraient un tout autre sens. C’est donc la dimension sérielle qui donne le ton et passe de l’archive (preuve d’un conflit) à l’image d’aujourd’hui (preuve de l’acte de rejouer).
Mélange à la fois d’esthétiques décalées et d’anachronismes criants, cette série souhaite déconstruire les clichés mais aussi la puissance des images à transformer le sujet et le monde.
Cet ensemble convoque une mémoire collective à partir de reconstitutions historiques approximatives et grossières où seul le jeu
joint l’amusement au combat.

à propos de l'artiste

[fr]Marie Quéau est née à Choisy-le-roi en 1985. Après une licence d’Arts Plastiques elle étudie à l’École Nationale Supérieure de la Photographie où elle obtient son master avec sa série Paillasse en 2009. Autour d’un univers inquiétant et coloré, elle continue de construire des image entre collage, montage et mythe où le monstre Godzilla et l’affaire Roswell se retrouvent en creux ainsi que la magie et le pouvoir des objets. Le principe de son travail est de bâtir une imagerie entre l’universel et le particulier, l’abstraction et l’anecdotique.

Fin 2010, elle suit deux rencontres de paintball, « big game » costumés d’après des scénarios très précis, elle produira alors sa série This is for fight / This is for fun . Son travail fut présenté au Festival PhotoLevallois, au Salon de Montrouge et plus récemment au 26 ème Festival International de Mode et de Photographie de Hyères et à la Filature de Mulhouse, lors de l’exposition Obsession. En 2013, elle sera en résidence artistique à l’Ecole Municipale des Beaux Arts de Châteauroux.

<img6528|center>
_ Eclairage Profoto
[en]Marie Queau was born in 1985 in Choisy-le-roi, France. She studied at the Ecole nationale supérieure de la photographie in Arles where she got her master in 2009 with her « Paillasse » series. Around a disturbing and colored universe, she keeps on building pictures between montage, anachronism, myth and history where magic and the power of objects meet. In 2013, she will be an artistic resident at the Ecole municipale des Beaux-Arts of Châteauroux.

<img6528|center>
_ Eclairage Profoto