PINÇON François

Courlande Intérieure

France

2011 - Selection du jury et de Fetart

« Comme la Pologne d’Ubu roi, La Courlande intérieure, le pays dont l’hiver est la vérité, pourrait bien se situer nulle part. Nulle part en Europe, nulle part en hiver. (…) J’ignore si cette entrée en Courlande sur une chaussée mal goudronnée est de bon augure. La route est toujours aussi monotone. Impression d’immobilité, d’absence, mais ce vide n’est jamais un manque (…) Il y a dans le décor ou alternent à présent prairies et forêts de pins, un élément que je ne parviens pas à identifier. Discordance, anomalie, à moins que ce ne soit une beauté impossible à cerner. Cette particularité se niche quelque part entre les lignes du paysage. Mais ou ? (…) Dans cette Courlande si éloignée de nous, dont les paysages et les villages ne se substituent à rien, dans ce pays si inéquivalent, je cherche à repérer les signes. »

Ces quelques lignes sont extraites d’un livre de Jean Paul Kauffmann paru juste au retour de mon premier séjour. Il exprime parfaitement, mieux que je ne pourrais le faire, cette difficulté qu’il y a à rendre compte d’un pays si « inéquivalent ». Comment une série de photos peut-elle donner à voir, non pas cette réalité que je ne parviens pas à cerner, mais un « équivalent » qui serait capable de rendre palpable « ce vide qui n’est jamais un manque ».

Les photographies présentées sont extraites d’une série prises lors de deux séjours de quinze jours. Un premier en Mars 2009, au début de la violente crise économique, qui en trois mois, à détruit la croissance à deux chiffres qui commençait à transformer le pays. Le second a eu lieu en 2010 aux mêmes dates.

Les photo ont été prise avec un Canon 5D markII. Elles sont tirées avec un traceur Epson 7800, au format 40cm x 100cm, sur papier fine art mat Hahnemülhe « german echting ». Elles sont contrecollées sur Dibond.

à propos de l'artiste

François Pinçon est né en 1957. Il a effectué de nombreux voyages en Allemagne, Iran, Afghanistan, et suivi une formation aux Beaux Arts d’Angers puis d’Orléans, spécialisation cinéma. Il a obtenu en 1991 une licence de cinéma à Paris I-Panthéon Sorbonne.