Galerie VU’

2017 -

Amélie Landry, Les chemins égarés, Géographie sociale de lieux de sexualité entre hommes

VU’ découvre, révèle et représente des auteurs-photographes aux écritures singulières : reportage d’actualité, enquête au long cours, récit intimiste, portrait, photographie conceptuelle… Acteur majeur de la photographie contemporaine, VU’ promeut, depuis sa création en 1986, la photographie d’auteur et évolue avec constance et inventivité grâce à des partis pris éthiques et esthétiques forts, sans exclusion de style ou de territoire d’expression : publication dans la presse, édition, communication d’entreprise, publicitaire et institutionnelle, conception et organisation d’expositions à la Galerie VU’ ou hors ses murs, production de webdocumentaires ou de projets multimédia, vente de tirages, d’éditions spéciales, d’ouvrages en édition limitée, de livres rares et d’objets culturels… sur site ou via sa boutique en ligne. Avec l’organisation de rencontres, de conférences et de workshops, VU’ est également un laboratoire de réflexion sur les évolutions de la photographie. VU’, c’est enfin une équipe qui s’engage avec passion et rigueur auprès de tous les photographes, sur chaque projet.

Infos pratiques :

Du 21 janvier au 18 février
Hôtel Paul Delaroche, 58 rue Saint Lazare, Paris 9
Horaires:  12h30 – 18h30 du mardi au vendredi et 14h – 18h30 le samedi

www.galerievu.com

à propos de l'artiste

Au sein d’un cycle « Paysages et territoires » qui se déclinera sur tout le premier trimestre 2017, la Galerie VU’ présente le travail de la jeune photographe française Amélie Landry: Les chemins égarés, Géographie sociale de lieux de sexualité entre hommes.
Se tenant à l’écart du sensationnalisme que pourrait induire un travail dans le champ de la sexualité, « Les chemins égarés » est une réflexion sur des espaces de liberté où se rencontrent des hommes de tous âges et tous horizons. Autrefois situés au cœur des centres urbains, ils sont aujourd’hui principalement implantés en frontière ou en dehors des villes : zones industrielles désaffectées, sous-bois, aires d’autoroutes, dunes littorales… Espaces autonomes et gratuits, leur localisation exacte échappe au regard des non-initiés.
Dans une démarche inspirée des sciences sociales, Amélie Landry explore ces lieux marginaux à travers différents types de photographies et documents : photographies de paysages, portraits en situation, cartographies, recueil de paroles d’usagers. Le dialogue entre ces éléments révèle le caractère polysémique de ces espaces : jardin secret proposant une échappée du quotidien, lieu de silence propre à la rêverie, territoire sauvage ré-actualisant une relation animale à l’autre et à la nature, lieu politique enfin, de reconquête d’un espace collectif, tant réel qu’imaginaire.
Les chemins égarés est un projet cross-média auquel ont également participé l’écrivain Mathieu Riboulet, le socio-anthropologue Laurent Gaissad et l’auteur-compositeur Pali Meursault. Il prend la forme d’un livre publié par le Bec en l’Air Editions, d’une création sonore produite par Radio France et d’une exposition à la Galerie VU’.