BLANK PAPER Alejandro Marote

A

Espagne

2016 - agnès b.

« A » examine le lien de dépendance entre l’Homme et la ville : bien qu’ils disposent d’un libre pouvoir de création, les êtres humains s’enferment dans l’univers qu’ils ont conçu pour se protéger. Ainsi, la ville est en passe de devenir une prison où les passages piétonniers représentent l’ultime et la plus parfaite épuration du signe urbain, encadrant et modélisant nos déambulations quotidiennes.

Alejandro Marote montre de quelle manière l’Homme, ayant pris conscience de cette relation oppressive, s’en libère par un retour vers un état primitif, en contact direct avec la nature. L’évolution comporte quatre dimensions complémentaires: l’homme, la ville, l’effondrement de la ligne droite et le retour vers la nature.

à propos de l'artiste

Alejandro Marote (Madrid, 1978) Membre du Collectif de Photographie BLANK PAPER.

Bien qu’il utilise le médium photographique comme outil, l’utilisation qu’il fait de celui-ci se rapproche d’autres techniques, comme la peinture ou la sculpture, mais toujours en travaillant avec le support traditionnel (la pellicule photographique) et ses qualités physiques.

 

Commissariat de Nicolás Combarro et Érika Goyarrola.